REGLEMENTATION INTERNATIONALE

 

wpe3.jpg (9289 octets)

ARBITRAGE

 

Règles générales

1.1 Afin que nos compétitions suivent rigoureusement la régulation de la FIJ (Fédération Internationale de Judo), les normes auxquelles nous nous référerons seront celles posées par ladite organisation, sans en oublier les amendements suivants.

Ces normes peuvent faire l’objet de modifications futures, comme il est stipulé lors des réunions annuelles tenues par la fédération internationale de judo.

1.2 Qualifications requises pour les compétitions

IBSA a établit les catégories suivantes pour les qualifications 

B1= De la capacité de percevoir vaguement la lumière d’un des yeux à la possibilité de la percevoir clairement, mais sans la possibilité de reconnaître la forme d’une main, et ce à quelque distance ou dans quelque direction que ce soit.

B2= De la capacité à reconnaître la forme d’une main à une acuité visuelle de 2/60 et/ou un champ de vision de moins de 5 degrés.

B3= d’une acuité visuelle supérieure à 2/60 jusqu’à 6/60 et/ou un champ de vision de plus de 5 degrés et de moins de 20 degrés.

Toutes les classifications seront basées sur le meilleur oeil, et à l’aide des lentilles de correction les mieux adaptées. En fait, tous les athlètes qui portent des lentilles de contact ou des lunettes devraient les tester avant de les porter (s’ils pensent les utiliser pendant la compétition).

1.3 Les Compétitions

les compétitions devraient être divisées selon les catégories suivantes :

Compétitions individuelles

hommes

femmes

Compétitions en équipe

hommes

femmes

Compétitions individuelles, - Hommes et Femmes

Paralympique et championnats du monde

Chaque pays a la possibilité d’inscrire un participant par catégorie de poids

Les groupes visuels B1, B2 et B3 seront en compétition ensembles

La durée de chaque combat est :

Hommes : 5 minutes de temps de combat effectif

Femmes : 5 minutes de temps de combat effectif

Chaque participant a le droit de disposer d’un temps de pause entre les combats de 10 minutes.

Selon le nombre de participants au sein d’une catégorie par poids, les règles suivantes de compétition seront appliquées :

Si plus de 6 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, deux repêchages seront nécessaires

Si 6 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, seulement un repêchage sera nécessaire

Si 4 ou 5 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, le système Olympique sera de rigueur

S’il y a 3 participants inscrits dans une même catégorie de poids, le titre Paralympique ou Mondial ne sera pas décerné

Championnats Régionaux Individuels

1. Chaque pays peut inscrire deux participants par catégorie de poids

2. Les groupes visuels B1, B2 et B3 seront en compétition ensembles

3. La durée de chaque combat est :

Hommes : 5 minutes de temps de combat effectif

Femmes : 5 minutes de temps de combat effectif

4. Chaque participant a le droit de disposer d’un temps de pause entre les combats de 10 minutes

5. Selon le nombre de participants au sein d’une catégorie par poids, les règles suivantes de compétition seront appliquées :

Si plus de 6 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, deux repêchages seront nécessaires

Si 6 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, seulement un repêchage sera nécessaire

Si 4 ou 5 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, le système Olympique sera de rigueur

S’il y a 3 participants inscrits dans une même catégorie de poids, le titre régional ne sera pas décerné

Tournois individuels internationaux

1. Le nombre d’inscriptions par catégorie de poids sera établit par l’organisateur dudit événement ;

2. La durée des combats et le système devront être établis selon les règles du tournoi

3. L’arbitre doit être informé de la durée du combat avant qu’il n’entre sur le tatami.

4. Selon le nombre de participants au sein d’une catégorie par poids, les règles suivantes de compétition seront appliquées :

Si plus de 6 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, deux repêchages seront nécessaires

· Si 6 participants sont inscrits dans une même catégorie de poids, seulement un repêchage sera nécessaire

S’il y a entre 3 et 5 participants inscrits dans une même catégorie de poids, alors le système Olympique sera de rigueur

 

A. Compétition Hommes

Championnats du Monde et Championnats Régionaux

Chaque pays a le droit d’inscrire une seule équipe représentant le pays, et composée des catégories de poids suivantes :

Jusqu’à 66kg  Jusqu’à 90kg

Jusqu’à 73kg  Plus de 90kg

Jusqu’à 81kg 

Les pays participants ont le droit d’inscrire deux athlètes par catégorie de poids

L’équipe doit se composer d’au moins trois catégories de poids, afin d’être admis à concourir

Les athlètes peuvent combattre dans la catégorie de poids au-dessus de celle prévue, mais cela doit être auparavant reporté en rendant la composition de l’équipe 10 minutes avant chaque « performance »

Les mêmes athlètes peuvent retourner dans leur catégorie de poids pour les combats suivants. Mais une fois que la composition de l’équipe est donnée, elle ne peut être modifiée pendant le combat. Elle peut en revanche être modifiée pour les combats suivants, mais uniquement concernant les athlètes inscrits sur la liste.

S’il arrivait une blessure, les règles de la FIJ seront de rigueur

L’équipe qui remporte le plus grand nombre de victoires a gagné

Dans le cas d’une égalité entre équipes, l’équipe gagnante est celle qui marque le plus points judo

Dans le cas d’une nouvelle égalité, trois catégories de poids doivent être constituées, avec des responsables de chaque équipe présents, afin de mener trois combats qui impliqueront obligatoirement une victoire . Les catégories dans lesquelles les nations n’ont pas d’athlètes inscrits ne peuvent être présentées.

Les groupes visuels B1, B2 et B3 seront en compétition ensembles

Si un élément n’est pas prévu par ces lignes, les règles de la FIJ seront de rigueur

 

Tournois internationaux

1. Chaque pays peut participer avec plus d’équipes, selon les décisions des organisateurs

2. Le Comité IBSA Sub de Judo et les règles de la FIJ sont prévues pour ce genre d’événement

3. Les groupes visuels B1, B2 et B3 seront en compétition ensembles

 

B. Compétitions femmes

Championnats du Monde et Championnats Régionaux

Chaque pays a le droit d’inscrire une seule équipe représentant le pays, et composée des catégories de poids suivantes 

Jusqu’à 52 kg

Jusqu’à 57 kg

Jusqu’à 63 kg

Les nations participantes peuvent inscrire deux athlètes par catégorie de poids

L’équipe doit se composer d’au moins deux catégories de poids, afin d’être admis à concourir

Les athlètes peuvent combattre dans la catégorie de poids au-dessus de celle prévue, mais cela doit être auparavant reporté en rendant la composition de l’équipe 10 minutes avant chaque « performance »

Les mêmes athlètes peuvent retourner dans leur catégorie de poids pour les combats suivants. Mais une fois que la composition de l’équipe est donnée, elle ne peut être modifiée pendant le combat. Elle peut en revanche être modifiée pour les combats suivants, mais uniquement concernait les athlètes inscrits sur la liste

S’il arrivait une blessure, les règles de la FIJ seront de rigueur

L’équipe qui remporte le plus grand nombre de victoires a gagné

Dans le cas d’une égalité entre équipes, l’équipe gagnante est celle qui marque le plus points judo

Dans le cas d’une nouvelle égalité, trois catégories de poids doivent être constituées, avec des responsables de chaque équipe présents, afin de mener trois combats qui impliqueront obligatoirement une victoire . Les catégories dans lesquelles les nations n’ont pas d’athlètes inscrits ne peuvent être présentées

Les groupes visuels B1, B2 et B3 seront en compétition ensembles

Si un élément n’est pas prévu par ces lignes, les règles de la FIJ seront de rigueur

Tournois internationaux

4. Chaque pays peut participer avec plus d’équipes, selon les décisions des organisateurs

5. Le Comité IBSA Sub de Judo et les règles de la FIJ sont prévues pour ce genre d’événement

6. Les groupes visuels B1, B2 et B3 seront en compétition ensembles

 

Règles de compétitions internationales de Judo

Produites par le comité de Judo IBSA Sub

Période de validité : 2011/2005

2. Annexe des règles de championnats de la FIJ

Art.1 : Aire de la compétition

L’espace protégé que constitue le tatami le sera selon les règles du comité de Judo IBSA Sub

Une bande adhésive bleue, et une autre blanche, d’une largeur d’environ 10 cm et d’une longueur de 50 cm doivent être fixées au centre de l’aire de combat, et à une distance éloignée de 100 cm afin d’indiquer la position sur laquelle les athlètes devront débuter et terminer le combat.

La bande bleue sera à la droite de l’arbitre et la blanche à sa gauche.

Art. 3 : l’uniforme

Tous les athlètes inscrits dans la catégorie B1 devront avoir un cercle rouge d’un diamètre de 7cm cousu sur les parties externes des deux manches. Le centre du cercle devra est positionné à environ 15 cm de l’épaule. Ceci permettra aux officiels d’appliquer les règles particulières à ces circonstances.

Lorsqu’un participant est également atteint de surdité, un petit cercle bleu d’un diamètre de 7cm devra être attaché sur l’arrière de son kimono. Cela permettra aux officiels d’appliquer les règles particulières à ces circonstances.

 

Art. 6 : Position et devoirs de l’arbitre

En tant que responsables de l’aire de compétition, l’arbitre et les juges devront s’assurer que la surface du tatami correspond aux règles de sécurité éditées par le comité de Judo IBSA Sub

Art 7 : Position et devoirs des juges

Les deux juges devraient accompagner les deux athlètes du bord du tatami jusqu’à leurs positions respectives au sein de la zone de combat, en faisant en sorte qu’ils soient face à face. Les juges retourneront ensuite à leurs positions respectives.

A la fin du combat, alors que l’arbitre aura déclaré le vainqueur et que les athlètes se seront salués comme le veut la tradition, les deux juges accompagneront les athlètes à la sortie du tatami où un assistant du comité d’organisation les prendra en charge.

Art. 8 : Signes

Afin d’indiquer aux athlètes qu’ils peuvent s’asseoir les jambes croisées (ou à genoux ?) en position de départ, l’arbitre placera la paume de sa main sur l’épaule et donnera une légère pression vers le bas.

(Paragraphes I-V ): Chaque fois que l’arbitre donne le score, en plus des termes et signes conventionnels utilisés, il devrait également annoncer ao (bleu) ou shiro (blanc), selon que ce soit l’un ou l’autre des athlètes qui ait pris l’avantage.

Si l’athlète est également atteint de surdité, l’arbitre tracera l’initiale dans la paume de sa main, initiale représentant l’athlète qui aura pris l’avantage : K pour Koka, Y pour Yuko, W pour Waza ari, I pour ippon.

Lorsque il/elle prend l’avantage, l’arbitre suivra la même procédure. Une fois qu’il aura tracé l’initiale de l’avantage dans la paume de l’athlète mal entendant, il tournera alors sa paume vers son adversaire.

Lorsque il/elle subit le score : l’arbitre suivra la même procédure et une fois qu’il aura tracé l’initiale du score dans la paume de l’athlète mal entendant, il tournera alors sa paume vers son adversaire.

(Paragraphe XIII) : outre le fait d’utiliser les signes conventionnels indiquant la non-validation d’une opinion exprimée, il devrait également annoncer ao (bleu) ou shiro (blanc) selon que l’un ou l’autre des athlètes a perdu l’avantage.

Si l’athlète est également atteint de surdité, l’arbitre tracera un large X sur la paume de la main de l’athlète.

(Paragraphe XV) : outre le fait de déclarer le gagnant de la compétition selon l’usage habituel, les mots ao (bleu) ou shiro (blanc)seront annoncés.

(Paragraphes XVI) : afin d’indiquer aux athlètes de réajuster leurs kimonos, l’arbitre les prendra par les avants-bras, et les croisant dune manière particulière afin que les athlètes sache de quoi il en retourne.

(Paragraphe XVII) : pour indiquer une pénalité pour non-combat, après avoir fait les signes appropriés, les mots ao (bleu) ou shiro (blanc) devront être annoncés. L’arbitre s’approchera alors de l’athlète concerné , l’obligeant à allonger son bras avec la paume de sa main vers le sol ; et faire unmouvement de son index sous la paume de la main, cela pour annoncer le pénalty.

Si l’athlète est également atteint de surdité :

Lorsque la pénalité lui est destinée : l’arbitre mènera la même opération et fera également une légère tape sur la main de l’athlète avec :

un doigt (dans le cas de shido)

deux doigts (dans le cas de chui)

trois doigts (dans le cas de keikoku)

Lorsque la pénalité est destinée à son adversaire : l’arbitre mènera la même opération et tracera le point gagné sur la paume de la main de l’athlète.

Art 15 : Commencement du combat

Après que les juges aient amené les athlètes à leurs positions respectives, ils retourneront à leurs sièges. L’arbitre annoncera REI ; par ce commendement les athlètes se salueront. L’arbitre leur fera alors lever les bras pour la position de kumi kata (agripper).

Si l’athlète est également atteint de surdité , le juge l’assistera en lui indiquant qu’il faut saluer et retournera ensuite à son siège. L’arbitre lui lèvera le bras pour kumi kata, lui annonçant hajime (commencez) en lui tapant une fois sur l’épaule.

Il est permis aux deux athlètes d’être en mouvement uniquement une fois que hajime a été annoncé.

Noter = il est absolument interdit de se dessaisir de la position de kumi kata avant l’ordre hajime.

Art 17 : Application de Matte (attendez, arrêtez)

Lorsque l’arbitre annonce matte , il doit faire attention à ne pas perdre de vue les athlètes, en restant près d’eux à chaque instant. Il doit également les accompagner au centre du tatami au niveau de leur position de départ (s’il l’estime nécessaire) , les faire le kumi kata et annoncer hajime à nouveau.

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité, lorsque l’arbitre annonce matte (attendez) il doit lui faire une double tape  sur les épaules et suivre les étapes citées sous l’article 16.

Cette procédure sera répétée chaque fois que l’arbitre annoncera : matte.

Art 18 : Sono Sama (ne bougez pas)

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité, l’arbitre doit également lui faire une tape rapide sur la tête. Lorsque l’arbitre annonce que le combat peut reprendre, Yoshi, il doit à nouveau lui faire une tape rapide sur la tête.

Art. 19 : Sore Made (fin du combat)

Après avoir annoncer Sore made, l’arbitre accompagne les athlètes à leurs positions de départ. S’il l’estime nécessaire, l’arbitre peut demander aux athlètes de réajuster leurs kimonos. (voir Art 8 Paragraphe XVI).

Après que l’arbitre ait rendu les résultats du combat, avec l’annonce de ao (bleu) ou shiro (blanc), il demandera alors aux athlètes de se saluer alors qu’il annoncera rei. Les juges se lèveront alors pour accompagner les athlètes au bord du tatami, où des assistants de l’organisation les prendront en charge.

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité, le juge s’approchera de l’athlète afin de l’aider à faire le traditionnel salut, en courbant son buste, et le guidera vers le bord du tatami.

Art 20 : Ippon (point net)

L’arbitre annoncera soit ippon ao (point net pour le bleu) ou ippon shiro (point net pour le blanc).

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité :

L’arbitre tracera également un I sur la paume de sa main en la lui tournant vers sa poitrine.

Si l’avantage est donné à l’adversaire, l’arbitre suivra la même procédure, et une fois qu’il aura tracé le I sur la paume, il la tournera vers l’adversaire

Dans le cas d’une pris par porté ( ??) (osaekomi waza), d’une technique d’étranglement (shime waza) ou d’immobilisation du bras (kansetsu waza), l’arbitre donnera une double tape sur l’épaule de l’athlète et annoncera ensuite le score.

Art 23 : waza ari (demi-point)

L’arbitre annoncera soit waza ari ao (demi point pour le bleu) ou waza ari shiro (demi point pour le blanc)

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité :

L’arbitre tracera également un W dans la paume de sa main en le tournant vers sa poitrine

Si l’avantage est donné à l’adversaire, l’arbitre suivra la même procédure, et une fois qu’il aura tracé le W sur la paume, il la tournera vers l’adversaire

Art 24 : Yuko (1/4 de point)

L’arbitre annoncera soit yuko ao (1/4 point pour le bleu) ou yuko shiro (1/4 point pour le blanc).

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité :

L’arbitre tracera également un Y dans la paume de sa main en le tournant vers sa poitrine

Si l’avantage est donné à l’adversaire, l’arbitre suivra la même procédure, et une fois qu’il aura tracé le Y sur la paume, il la tournera vers l’adversaire

 

Art 25 : Koka (1/8 de point)

L’arbitre annoncera soit koka ao (1/8 point pour le bleu) ou koka shiro (1/8 point pour le blanc).

Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité :

L’arbitre tracera également un K dans la paume de sa main en le tournant vers sa poitrine

Si l’avantage est donné à l’adversaire, l’arbitre suivra la même procédure, et une fois qu’il aura tracé le K sur la paume, il la tournera vers l’adversaire

 

Art 26 : osaekomi (restez à terre)

2nd Paragraphe : … l’arbitre annoncera matte (attendez), après quoi il accompagnera les athlètes pour reprendre leurs positions de départ. Il donnera ensuite la sanction (comme tout point éventuels dérivant de oseakomi) , et annoncera ao (bleu) ou shiro (blanc). Le combat continuera ensuite, en suivant les procédures édictées à l’article 18.

7ème Paragraphe : … la sanction sera donnée, tout en annonçant soit ao (bleu) ou shiro (blanc). Dans le cas où un athlète serait atteint de surdité, l’arbitre suivra également les directives énoncées dans l’article 8 (Paragraphe XVII).

Mais, dans le cas d’une immobilisation requise pour koka (1/8 de poins), yuko (1/4 de point) ou waza ari (1/2 point) l’arbitre attendra le bon moment pour annoncer matte (attendez), afin que les athlètes reprennent leurs positions de départ, debout. Il tracera ensuite l’avantage pris sur la paume de l’athlète concerné.

Art 27 : actions interdites et pénalités

Les arbitres et les juges ont la possibilité d’annoncer des pénalités, dépendant de « l’intention » ou de la situation , et ce dans le meilleur intérêt du sport et dans l’intention de préserver les athlètes B1 à l’égard des athlètes B2 et B3 qui disposent d’une vue partielle.

a. Shido

(Paragraphe XVI): si, durant le combat, un athlète conserve une attache avec une main et n’attaque pas dans les 3 à 5 secondes.

b. Chui

(Paragraphe XXI) : … sortir de la zone de danger ne s’applique que pour les groupes B2 et B3. Ce genre de sanction sera donné une fois qu’il aura été prouvé qu’elle était délibérée.

c. Hansoku make

(Paragraphe d) : une fois que l’arbitre sanctionne au titre de hansoku make ao (disqualification du bleu) ou hansoku make shiro (disqualification du blanc) les règles prévues sont à appliquer.

Si l’athlète qui doit recevoir la pénalité, est également atteint de surdité, alors l’arbitre tracera un H dans la paume de sa main.

 

 

 

marc.fleuret@wanadoo.fr

ACCUEIL